Créer son blog cuisine : 12 conseils pour se lancer et se mettre en auto-entrepreneur

3

Créer son blog cuisine pour partager ses recettes est à la portée de tout le monde, mais créer un joli blog culinaire, qui, accessoirement marche bien, est largement moins évident ! Cela fait plusieurs années que l’on me pose des questions sur la création du blog : comment je m’y suis prise, quelles sont les erreurs à éviter, pourquoi certains blogs marchent et d’autres non… j’ai donc eu l’idée de dédier un billet sur la création d’un blog culinaire et de partager mon expérience pour vous aider dans les étapes de sa création.

On n’est pas tous égaux devant le succès d’un blog. Il y a souvent une grosse part de chance lorsqu’un blog marche mieux qu’un autre, mais pour mettre toutes les chances de son côté, il suffit de suivre quelques règles de base.
De l’aspect technique à la photo culinaire, en passant par les astuces pour générer de l’intérêt et des revenus, je vais partager avec vous les choses que j’ai apprises pendant ces dernières années.
Me lancer dans cette aventure est sans aucun doute la chose la plus passionnante et enrichissante qu’il m’ait été donnée de réaliser.
Lorsque je regarde en arrière, je suis fière d’avoir parcouru tout ce chemin et d’être arrivée à faire des choses dont je ne soupçonnais même pas l’existence.
Avant de commencer je n’y connaissais strictement rien : ni en blogging, ni en web, ni en photographie culinaire d’ailleurs.
WordPress, Photoshop et Lightroom étaient des outils qui m’étaient totalement étrangers, et le mot « hébergement » sonnait beaucoup plus à mes yeux comme un hôtel que comme un service web !
Il m’a fallu lire et intégrer une énorme quantité d’informations que j’avais prises de-ci de-là sur Internet, lire beaucoup de tutoriels et surtout expérimenter un paquet de déconvenues pour arriver à avoir un aperçu de tout ce qui se cachait sous la création d’un blog.

Aujourd’hui avec le recul, je m’aperçois des erreurs que j’ai pu faire, mais aussi des choses qui ont bien fonctionné.
J’ai donc eu envie de vous parler des choses que je ne savais pas avant de commencer et qui m’auraient été bien utiles !
Voici donc mes 12 conseils si vous aussi vous souhaitez vous lancer dans l’aventure du blog cuisine, de l’aspect technique, à l’aspect créatif. Je voudrais aussi vous parler de la génération de revenus grâce au blog, car c’est aussi un aspect à prendre en compte.
Certains conseils peuvent paraître évidents mais croyez-moi ils ont tous leur importance !
Partants ?

1- Choisissez un bon hébergeur / Plateforme de blog.

Commençons par l’aspect technique !

Avant de pouvoir avoir son blog tout beau tout neuf, la toute première étape est de choisir un hébergeur de site web.
C’est lui qui va permettre à votre blog d’être actif et d’être visible en ligne !
Il existe pas mal d’hébergeurs. La plupart d’entre eux sont payants mais les tarifs sont très raisonnables pour l’offre « basique » (vous n’aurez pas besoin de prendre une offre plus avancée que la basique pour créer votre blog).
L’erreur classique est de prendre au moins cher pour faire des économies sur l’hébergement !
Avoir un bon hébergement est essentiel et évitera à votre site d’avoir des « pannes » ou d’être fréquemment inaccessible.
Pour ma part je suis chez OVH, je les ai choisis pour leur fiabilité et j’en suis globalement satisfaite.
Ils ont un bon service client et peuvent vous aider en cas de problème.

Une fois cette étape faite c’est le moment de choisir entre les diverses plateformes de blog existantes. Les plus connues étant WordPress et Blogger.

Blogger est une plateforme gratuite et très simple à installer.
WordPress est payant, un peu plus compliqué à installer (mais relativement simple quand même), mais plus complet.
Il offre une infinité de possibilité de customisation, tant au niveau du design du blog qu’au niveau des fonctionnalités (plugins).
Par exemple, vous pourrez avec WordPress avoir un plugin pour afficher une fiche recette, comme j’ai déjà sur mon blog dans les billets cuisine.

Blogger est plus limité en termes de plugin.

La plateforme que j’utilise est WordPress. C’est pour moi la référence en termes de plateformes de blog, mais tout dépend de vos attentes et de ce que vous voulez faire de votre blog bien sûr.

2- Choisissez un bon nom de domaine / un bon titre de blog

Une fois votre hébergeur choisi et voire plateforme de blog en tête, il sera alors temps de prendre un bon nom de domaine (autrement dit un bon titre de blog), celui qui apparaîtra dans l’url.
Par exemple si vous voulez appeler votre blog « La cuisine de Pépette », votre nom de domaine sera « lacuisinedepepette ».
Choisissez un titre pertinent et vérifiez bien que le nom que vous aurez choisi pour votre blog n’existe pas déjà !
Faites une recherche sur Google pour vérifier qu’il n’existe pas, et commandez votre nom de domaine chez votre nouvel hébergeur. L’erreur que j’ai faite quand je me suis lancée est de ne pas penser aux mots clés : Royal Chill ne contient ni le mot cuisine, ni tout autre mot laissant deviner qu’il s’agit d’un blog cuisine : cela peut avoir un impact négatif dans votre référencement par la suite.

3-Choisissez un thème simple et clair !

Ensuite, va venir la question du thème (ou template) à choisir.
Un thème est une sorte de modèle.
C’est lui qui définit le graphisme de votre blog que vous allez remplir avec votre contenu. Un peu comme le cadre d’un tableau en fait.
C’est la première chose que les personnes qui tomberont sur votre blog verront.
Il est donc important de choisir un thème qui soit simple et clair.
Souvent lorsque l’on crée son blog on a envie d’un thème perfectionné.
C’est une erreur. Pour créer son blog cuisine vous n’avez pas besoin d’un thème très sophistiqué.

Evitez les couleurs, les fonds et privilégiez la simplicité.

Ma préférence va aux thèmes minimalistes. Cela peut paraître un peu froid au premier abord, mais lorsque votre blog commencera à avoir pas mal de contenus, de barres latérales, de catégories, vous serez contents de ne pas avoir choisi un thème qui surcharge votre blog.
Pour le choix du thème, WordPress et Blogger proposent des thèmes gratuits.
Worpress a l’avantage de proposer plus de 3000 thèmes gratuits sur sa plateforme, mais vous pouvez vous orienter vers des thèmes payants qui sont beaucoup plus complets et qui offrent énormément de possibilités.
Voici un exemple de site qui propose de chouettes thème payants à moindre prix compatibles avec WordPress :
Elegant Themes

4-Ecrivez des billets de qualité

Maintenant que l’aspect technique a été vu, place au contenu !
Cela peut paraître évident comme ça, mais c’est quelque chose qu’il faut absolument prendre en compte lorsque l’on débute.
Si vous vous lancez dans le blogging et dans l’aventure culinaire en particulier, vous aurez certainement envie que des gens tombent sur votre blog et vous lisent.
Pour cela pas de secret : votre contenu doit être pertinent et de qualité.

Mettez-vous à la place de la personne qui lira votre blog. Si elle est là c’est qu’elle recherche une information, qu’elle s’attend à trouver de bonnes recettes et/ou un contenu qui lui plaira.
Vos billets doivent donc être assez explicatifs, détaillés et clairs !
Ne faites pas d’articles trop courts de quelques lignes.
Non seulement Google considérera ce contenu comme peu pertinent, mais en plus les personnes qui vous lisent pourraient le penser également.

Pour l’écriture, laissez parler votre cœur, dévoilez-vous un peu et écrivez ce qui vous plaît.
L’essentiel est de trouver votre ton…

Mais surtout : Relisez bien vos recettes.
L’erreur classique lorsque l’on fait un blog cuisine est de se tromper dans l’écriture des mesures ou d’oublier un ingrédient.
Lorsque l’on commence, on a tendance à penser que personne ne nous lit.
C’est souvent le cas… mais si le peu de personnes qui arrivent chez vous sont déçues par un contenu bâclé, elles ne reviendront pas !

Essayez au maximum d’éliminer les fautes d’orthographe.
On en fait tous et personne n’est à l’abri de quelques coquilles mais tomber sur un billet truffé de fautes va très certainement vous décrédibiliser.
Passez au moins votre texte dans le correcteur orthographique de Word avant de le publier.

5-Faites de belles photos (ou de jolies illustrations) !

On ne va pas se mentir, la première chose que l’on regarde lorsque l’on tombe sur un blog cuisine ce sont les photos.
Bien avant le texte souvent d’ailleurs.
Moi-même (et je suis sûre que vous aussi, avouez !) je juge souvent une recette à sa photo.

La photo est jolie = wah cette recette est super !
La photo est ratée = mouais ça n’a pas l’air super comme recette, allons voir sur un autre site si je ne trouve pas une meilleure recette…

C’est totalement discriminatoire mais c’est pourtant la vérité.
Donc écrire du texte pertinent c’est très bien mais si les photos ou le rendu global n’est pas soigné, il y a peu de chance que la personne qui soit tombée sur votre blog ait envie de lire le texte.

Vous n’avez pas besoin d’être photographe professionnel pour faire de jolies photos.
Laissez parler votre instinct et regardez sur d’autres blogs de cuisine, ou sur Pinterest, les photos qui vous plaisent.
Essayez d’analyser pourquoi ces photos vous attirent et essayez de reproduire la même chose.
Une belle photo est une photo qui donnera envie aux gens de tester votre recette et qui leur mettra l’eau à la bouche.

Si la photo n’est pas votre truc et que vous aimez les illustrations et le graphisme, foncez !

Cela peut-être un atout de faire de jolies illustrations cuisine pour se démarquer.
Vous pouvez aussi faire appel à quelqu’un qui illustrera vos billets si vous n’avez pas l’âme d’un graphiste.

Personnellement j’adore les illustrations colorées de Juliette Design ! Elle a bien voulu créer pour moi cette série de dessins pour illustrer ce paragraphe et je suis fan du style minimaliste et enfantin, cela me rappelle mes livres d’enfance ! N’hésitez pas à  à lui demander de vous en créer.

6-Choisissez un bon appareil photo

Toujours concernant la photo, si vous le pouvez et si vous avez le budget, l’idéal pour faire de jolies photos de cuisine est d’avoir du bon matériel.

Si vous ne deviez choisir qu’un seul objectif cela serait sans doute un 24 mm avec une ouverture f1.4 pour pouvoir faire un joli flou en arrière-plan et donner du mouvement à votre photo.

Achetez également un trépied. C’est un outil très utile pour la photographie culinaire. Il vous empêchera de bouger et de faire des photos floues.
Pour ma part je possède un Canon EOS 650 D et cela me convient pour le moment.

Cela dit, si vous n’avez pas le budget, sachez que l’on peut faire de très jolies photos avec un appareil plus bas de gamme, ou même avec un smartphone.
L’essentiel dans ce cas est de privilégier le style.
Si votre style de photo est la prise de vue du dessus, cela pourra tout à fait faire l’affaire !
Il est important de savoir que :

Ce n’est pas la qualité / la marque de votre appareil photo qui fera de vous un bon photographe.

7-Misez sur le stylisme culinaire

Que vous ayez ou non du bon matériel photo, s’il y a un point à retenir pour faire des photos attractives c’est la composition de votre photo.
Faites une jolie mise en scène, préparez une jolie table, utilisez des matières intéressantes pour y déposer vos plats, comme de l’ardoise, du bois ou du marbre par exemple.
Vous pouvez aussi acheter des fonds en cartons, de couleur différentes
Faites les vide-greniers pour y trouver de la vaisselle ou des ustensiles qui pourraient rendre vos photos plus intéressantes !
Si vous n’avez pas les moyens de vous offrir du bon matériel, tout cela améliorera considérablement l’aspect de vos photos.
Faites aussi différentes prises de vues.
N’hésitez pas à monter sur vos meubles ou votre table pour photographier votre plat pour avoir une belle vue du dessus :-)
Les blogueurs culinaires sont souvent moqués pour adopter des postures improbables pour faire leurs photos, et moi-même j’ai régulièrement un pied dans le vide et l’autre sur la table pour avoir LA photo (tout ça en croisant fort les doigts pour que mes voisins ne me prennent pas pour une folle). Si vous avez préparé un plat pas très joli, évitez les gros plans et focalisez-vous plutôt sur le style de photo. Voici un exemple de plat que j’ai un peu raté (visuellement) et pour lequel j’ai préféré éviter les gros plans. Il était cela dit très bon ! Vous pouvez retrouver la recette de ce Tiramisu ici pour les intéressés !

8-Faites attention aux détails des photos

J’insiste sur les conseils photo, mais comme je vous le disais plus haut, c’est une partie très importante d’un blog cuisine.
Si je n’avais qu’un seul conseil à donner en photo cela serait celui-ci : soignez les détails qui pourraient gâcher votre photo.
Par exemple, attention à l’arrière-plan où on voit un bout de votre télé ou de votre micro-ondes ! C’est tout bête mais ça peut parfois faire toute la différence.

Parfois le fait de changer un tout petit détail va considérablement améliorer votre photo.
A vous de trouver ce qui ne va pas !

9-Retouchez vos photos

En voyant ce titre vous allez sûrement vous dire que ce conseil n’est pas pour vous. Les photos retouchées, cela peut paraître contraire au principe de la photographie culinaire, mais c’est un aspect essentiel.
Mais ici je ne parle pas de vraies retouches photos à proprement parler…
La plupart des photos que l’on prend ne sont jamais parfaites.
Une petite retouche de recadrage, d’amélioration de la netteté ou de la luminosité peut parfois faire toute la différence.
N’hésitez donc pas à utiliser Photoshop, Lightroom (mon préféré) ou tout autre outil d’édition pour améliorer ces aspects. Voici par exemple un avant-après de ma glace préférée aux noisettes pour vous donner une idée !

10-Soyez régulier

Pour réussir un blog cuisine, il est important de publier des billets régulièrement.
Tout d’abord pour le référencement naturel (Google va privilégier les sites qui seront régulièrement mis à jour), mais aussi pour les personnes qui vous lisent.
Publiez à des jours et heures régulières.
Une bonne moyenne est de publier au moins une fois par semaine.
Lorsque j’ai débuté le blog je publiais deux fois par semaine. C’était le début et je manquais de contenu, j’ai donc voulu publier assez souvent pour combler ce manque.
Depuis 2 ans, je ne publie plus qu’une fois par semaine, voire une fois toutes les deux semaines depuis l’an dernier, et c’est déjà bien, car l’élaboration de recettes, les photos, le tri et le post-traitement des photos, la rédaction du billet… tout ça prend un temps considérable. Si vous n’avez pas de travail à côté, libre à vous d’en faire plus souvent, mais avec un travail à plein temps cela devient plus difficile.
Trouvez votre rythme sans que cela ne soit une contrainte.
Mieux vaut ne publier qu’une belle recette une fois toutes les deux semaines, qu’une recette par semaine qui ne soit pas super.

11-Faites-vous connaître !

Votre blog est fait, vous êtes réguliers, publiez des billets pertinents avec de jolies photos… voilà, il ne reste plus qu’à vous faire connaître !
Pour cela, soyez présents et actifs sur les réseaux sociaux et sur les autres blogs de cuisine.
Echangez, partagez, répondez à vos commentaires, allez sur des forums. Bref, tout est bon pour se rendre visible au maximum !

Dernier conseil bonus : Faites des sauvegardes régulières de votre blog, et entourez-vous d’un ami développeur pour sécuriser votre site au maximum ! Lorsqu’on se fait pirater son site ou que l’on perd tout, on regrette immédiatement de ne pas avoir investi un peu plus de temps (ou d’argent) sur ce point !

Maintenant que vous avez tous les conseils sous la main, vous vous demanderez peut-être comment faire pour générer des revenus en toute légalité grâce à votre blog.

12- Mettez-vous à votre compte en tant qu’auto-entrepreneur

C’est un aspect auquel on ne pense pas du tout lorsque l’on débute mais si votre blog marche, vous serez régulièrement sollicités par des marques pour parler d’elles. Lorsque j’ai commencé, je n’avais pas du tout comme objectif de générer des revenus grâce au blog et je parlais donc des marques qui m’envoyaient des produits, de manière gratuite. Mais c’est en discutant avec d’autre blogueurs que j’ai compris que ces choses se facturaient. En clair, plus votre blog est connu/mieux votre blog est référencé, plus vous aurez de demandes de collaborations rémunérées. Mon but n’était surtout pas d’en vivre car j’ai déjà un travail à côté et j’aime parler librement sans avoir le couteau sous la gorge. Je ne suis donc pas obligée d’accepter des choses qui ne me plaisent pas ou auxquelles je ne crois pas. C’est donc quelque chose que je pratique occasionnellement et qui me permet d’avoir un complément de revenus me permettant de financer les frais relatifs au blog (hébergement, développement, etc)

M’inscrire en tant qu’auto-entrepreneur m’a donc été utile dès que j’ai eu des propositions de collaborations rémunérées. De votre côté, si vous souhaitez vous lancer, vous pouvez créer votre micro-entreprise dès que votre blog commence à avoir un peu de visibilité, sans véritables frais. Vous inscrire en tant qu’auto-entrepreneur vous permettra de déclarer vos revenus en toute légalité et de facturer vos prestations, qu’elles quelles soient. Vous ne paierez que si vous touchez des revenus les premières années.

La création d’un blog cuisine ouvre donc pas mal de portes au niveau professionnel. Si vous êtes passionnés de cuisine, vous aurez peut-être envie de créer votre micro-entreprise en tant que blogueur/créateur de contenu ou encore en tant que chef à domicile. Vous pouvez aussi organiser des ateliers pour apprendre aux autres à cuisiner et organiser des cours (en ligne ou à domicile).

Si vous souhaitez franchir le pas, je ne saurais que trop vous conseiller de visiter le portail auto-entrepreneur qui est une mine d’information pour toutes les personnes qui souhaitent se mettre à leur compte et avoir des conseils sur les démarches à effectuer. C’est un site qui m’a beaucoup servi quand j’ai débuté et qui me sert toujours lorsque j’ai des doutes sur les démarches à suivre. Ils ont d’ailleurs aussi une page Facebook ou les personnes échangent leurs expériences et peuvent poser des questions.

Si les démarches administratives vous font peur, sachez que celles-ci sont simplifiées pour l’auto-entreprenariat. Il suffit de vous inscrire et vous aurez votre numéro de Siret en poche. Après quoi, vous pourrez générer des revenus, et les déclarer tous les mois (ou tous les 3 mois), en ligne. C’est assez simple.
Au niveau des frais, sachez que la seule chose que vous devrez payer est la cotisation foncière des entreprises (il y a une exonération les premières années), et également, bien entendu, des impôts de l’ordre de 25% environ sur chaque prestation facturée. C’est en fait la même différence que ce que vous auriez en tant que salarié (différence entre salaire brut et salaire net).

3 Commentaires

  1. Merci pour vos conseils ! Je pourrai me baser sur cet article pour pouvoir me lancer à l’aventure. Grâce à toutes ces informations, je n’aurai plus trop de peine à revoir mon plan d’action et réussir à atteindre mes objectifs.

Répondre à Karine Annuler la réponse

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici